A la recherche du Dolmen de Gallardet // Un des plus grands dolmens d’Occitanie !

Il paraît que le l’Occitanie possède plus de mégalithes (dolmens, menhirs) que la Bretagne ! #danslesdentsObélix. Et sur la trentaine de dolmens recensés dans l’Hérault nous en avons visité deux. Le premier lors de notre découverte du Prieuré St Michel de Grandmont. Nous y allions pour la visite du Prieuré et de son parc, et c’est à cette occasion que nous avons pu admirer le Dolmen de Coste Rouge, classé monument historique. Et le second est celui de Gallardet. Il est également remarquable mais alors, pour le trouver, faut être motivé !

Enfin… pour tout avouer, lorsque Frédéric a proposé cette balade j’étais moitié emballée car 1) nous l’avions déjà entreprise il y a quelques années, sans succès, car nous n’avions absolument pas réussi à trouver le chemin permettant d’y accéder.  Et 2) Frédéric nous a expliqué que c’est un dolmen enterré…  Le concept du dolmen enterré me laissait carrément perplexe. Je voyais déjà le plan foireux « balade-improbable-où-tu-sais-pas-par-où-passer-pour-peut-être-trouver-une pierre-à-moitié-enterrée »…

Mais plusieurs raisons me convainquirent d’essayer :

  • je me rappelai que je voulais être archéologue-paléontologue quand j’étais enfant (y avait aussi « marchande d’habits » mais je voyais bien que ça faisait moins son petit effet quand je le disais). 
  • J’avais grandement besoin de prendre l’air.
  • j’aime bien l’idée de partir à l’aventure pour mener l’enquête, le tout sans risques et à 20 kms de la maison parce que je suis un peu trouillarde.
  • Pauline, la fille aînée de Frédéric était arrivée de Londres pour passer une semaine de vacances à la maison.

Ce jour-là, 21 février il faisait assez beau et un peu frisquet, mais avec le combo écharpe/bandeau/gants ça pouvait le faire. A nous l’aventure, le mystère et la culture néolithique !


A nous le dolmen ! => Direction Le Pouget.

Le Pouget est un petit village à une vingtaine de kilomètres de Pézenas. Trois itinéraires différents permettent d’y accéder : la D609, l’A75 ou la D32. Nous avons d’abord emprunté l’A75 jusqu’à la sortie de Montagnac. Il suffit ensuite de tourner à gauche et de prendre la D32 jusqu’au Pouget. Jusque là aucune difficulté. Car il y a des panneaux. Nous trouvons une place pour stationner puis trouvons le panneau qui indique le dolmen.


Nous suivons donc cette route qui monte un peu… Nous longeons des habitations, le souvenir de cette route me revient, c’est bien celle-ci que nous avions prise en voiture lors de notre première tentative… Mais là nous sommes à pied ce qui nous permet d’aller moins vite et au bout d’un moment de repérer cette inscription sur un bête poteau de ciment implanté sur le côté droit.

Nous comprenons mieux pourquoi elle nous avait échappé… Bref nous nous dirigeons donc vers la droite et prenons le chemin indiqué… Pauline regarde sur google map via son smartphone et précise qu’apparemment ils indiquent 20 bonnes minutes de marche. Frédéric est perplexe, dans son souvenir (il y était venu étant jeune) le dolmen était sur une sorte de promontoire, et là le chemin semble plutôt descendre… Nous faisons 1/2 tour et décidons de poursuivre sur la route sur laquelle nous étions.

Au bout d’un moment la perplexité est toujours présente… Aucune autre indication… Nous décidons de grimper sur le terrain un peu en hauteur sur notre droite. Pauline et Matthieu partent en éclaireurs, c’est la garrigue, j’en profite pour cueillir du thym frais. Il n’y a toujours aucune indication, ça ne semble pas être par ici. Nous retournons via la garrigue en direction du premier chemin et là, sur ce minuscule sentier, coincé un peu en hauteur, perdu dans les feuillages et autres branchages je vois ça :

« Dolmen par sentier forestier »

Cette balade est de plus en plus improbable. Mais qui, dans cette commune, est chargé de la comm’ ?!?!

Pauline, toujours le regard vissé sur googlemap affirme qu’il n’y a pas d’autres chemins que celui que nous avions emprunté avant de faire demi-tour. Frédéric propose que nous reprenions la voiture pour l’emprunter. Mais, bon, vingt minutes de marche c’est rien du tout, autant tenter le coup. Nous voilà donc repartis sur le chemin qui laissait Frédéric perplexe. On papote, on voit des terriers,  Matthieu ramasse des chouettes cailloux. Enfin le chemin prend fin, nous passons une barrière et arrivons devant une grande vigne.

des terriers d’on ne sait pas quelle espèce

 Sur la droite au loin je repère ça…

.. et là je me dis que mes pires craintes concernant ce  de dolmen se confirment.

Mais le dieu du panneau directionnel a probablement entendu ma prière à cet instant car un peu plus loin c’est pas moins de deux indications qui nous sont proposées à environ cinq mètres l’une de l’autre. Cette soudaine abondance de panneaux me laisse quasi sans voix. A cet instant j’ai abandonné tout espoir de logique dans cette histoire, je ne vois qu’une chose : le dolmen est à 50 mètres !

Vous le voyez le dolmen ?

Non ? C’est normal puisqu’il est enterré.

En fait le dolmen est renfermé dans ce tumulus. On aperçoit des pierres plates qui ne sont autres que les tables de couverture.

Quand tu as atteint le Graal du jour, que t’es super contente, bien décidée à en profiter et que poum ! tu tombes sur la famille qui a décrété que le dolmen c’est sa cabane… ben, t’es énervée…

Attention à partir d’ici et sur quelques lignes je vais me défouler.

A notre arrivée une famille : papa, maman, fiston, fifille 1, fifille 2 et papi-mamie étaient confortablement posée sur les murets. Sacs-à-dos, chips, bouteilles d’eau et restes de pique-nique à leurs côtés. « Bonjour, bonjour », ils rangent à peine leurs chaussures de marche à notre passage et c’est sous cette espèce de haie d’honneur à la con que nous entrons dans la chambre du dolmen.

Impossible durant les dix premières minutes de pouvoir faire la moindre photo sans qu’un de leurs attributs n’entre dans notre champ de vision. Au bout de ce laps de temps, papi, mamie et les enfants allèrent un peu plus loin guidé par leur Chef Suprême « Papa » qui semblait être le Grand Gourou de la Randonnée, avec carte IGN intégrée, le Maître de l’appareil photo au Zoom aussi grand que son Ego. Pendant ce temps « maman » reste collée à son petit muret néolithique.  Voyant qu’elle ne bronchait pas d’un millimètre nous usâmes dans un premier temps de la communication non verbale. Notamment Pauline qui se tînt debout (de toutes façons il n’y avait pas d’endroits où s’asseoir), immobile, son tél dans les mains, dans la très signifiante position de la personne qui souhaite prendre une photo. Rien. Pas une once de mouvement pour bouger ou ranger ne serait-ce qu’un sac. Il a donc fallu demander « Pardon, vous pourriez vous déplacer svp que l’on puisse faire des photos ? » Et c’est sans une seule parole, ni regard que « maman » daignât ranger son petit bordel itinérant et se pousser… Incroyable.

Mais bon, nous pouvons enfin profiter vraiment du lieu ! Qui en vaut vraiment la peine. Je ne suis pas déçue. Et Frédéric avait raison : le dolmen est sur un promontoire et il est enterré. 

Situé sur les hauteurs de la colline des Crozes, au sud-ouest du village du Pouget, ce dolmen daterait de 4000 ans avant J.C. Il est constitué d’une allée d’une dizaine de mètres et d’une entrée très basse qui permet d’accéder à la chambre funéraire longue d’une dizaine de mètres également. Il a été reconstitué en partie par des bénévoles. De par ses dimensions il fait partie des plus grands monuments funéraires préhistoriques d’Occitanie. 

Même pour moi l’entrée est très basse

  

 

Les pierres servant à constituer le toit

Le dolmen est sur une propriété privée

Un dernier coup d’oeil sur la vallée en contrebas et on repart !

Sur le chemin du retour (sans se perdre cette fois-ci) nous essayons de comprendre pourquoi l’itinéraire pour y accéder est si peu indiqué. Frédéric émet l’hypothèse que, le dolmen étant sur une propriété privée, les propriétaires ne tiennent pas à ce que trop de touristes viennent. Pourtant ce monument préhistorique est un des éléments du patrimoine du village et mis en avant sur leur site internet… Ou alors cette question du fléchage touristique n’est pas leur priorité. Ou alors c’est nous qui sommes de gros nulos… #butnooooareyoukidding?


 Si vous avez des explications je suis preneuse !

 Pour voir l’autre très beau dolmen que nous avions vu il suffit de lire l’article sur notre visite du Prieuré St Michel de Grandmont.

 Et n’oubliez pas que Escapades & Road-Trips est sur les réseaux sociaux ! Sur Facebook mais aussi Instagram.


 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s